Des fratricides encore en Afrique: cette fois- ci c'est le Tchad et le Kenya qui se meurent

A peine avons nous eu le temps, de pousser un ouf de soulagement pour la crise en Coté d'Ivoire, que déjà les africains se remettent à la barbarie.Du Kenya et du Tchad, nous n'entendons que des nouvelles sanglantes depuis déjà quelques jours. Des frères s'entretuent, et dans les deux cas pour la même raison, Le pouvoir politique.

Le nombre de victimes ne cessent d'augmenter, faisant des veuves et des orphelins par centaine.

Le pire dans toute cette cacophonie, c'est la léthargie de la communauté intrenationale. C'est à croire que le génocide Rwandais n'a pas servi de leçon.

L'ONU, pour le cas du Kenya ne se contente que d'envoyer un mediateur, là où elle se doit de dilligenter une enquête afin de situer les responsabilités. si le president sortant a effectivement fraudé aux élections, il se doit pour le moins de deposer sa démission, sinon d'être poursuivi pour faux et usages de faux.

Mais au lieu de cela, la communauté monsiale se comporte comme s'il était normal que cela se passe toujours ainsi en Afrique. C'est pratiquement, comme si l'on excusait les dirigeants politiques africains, justement par cequ'ils seraient des africains. Voici là, une grosse injure de faîte à toute l'Afrique et aux populations qui n'ont d'autres ambitions que les leaders politiques respectent les lois qu'ils ont eux mêmes redigées.

Au Tchad, c'est seulement quand les rebelles sonta arrivés au portes du palais présidentiel que l'ONU a daigné se reunir sous l'instigation de la France. Cette même France qui s'est contentée d'exfiltrer les ressortissants occidentaux, comme pour dire "maintenant vous pouvez vous enretuer".

Voici, qui nous amène à nous poser des questions.

  • Est ce parce que les Français n'ont pas obtenu le contrat d'exploitation du pétrole Tchadien qu'ils ont permis que les rebelles envahissent le Tchad?
  • Est-ce à cause de l'affaire Arche de Zoé, que Nicolas Sarkozy veut donner une leçon à Idriss Deby?

L'union Africaine pour sa part, evite de se prononcer et cela se comprend aisemenment. En effet, combien de chefs d'Etats en exercice actuellement, y sont parvenus par les armes? Ils sont pour ne pas dire majoritaires, très nombreux. Il leur est alors difficile de comdaner les rebelles Tchadiens.

Combien de chefs d'Etats tripatouillent les resultats des électionspour se maintenir au pouvoir, quend tout simplement ils ne modifient pas la constitution.

lL'Afrique est comme qui dirait à la croisée des chemins, avec des dirigeants irresponsables, qui ne sont là que pour leurs  intérêts égoistes. Infiniment rares sont les cas où des presidents africains au terme de leur mandat, decident de quitter le pouvoir. Comme s'il s'agissait d'un royaume où il fallait régner à vie.

Ce qui arrive au Tchad, comme au Kenya, peut advenir dans bon nombre de pays africains. Quand la population au comble de l'exploitation et de l'oppression n'a plus rien à perdre,...

 

Encore faut-il que nos dirigeants aient de la jugeotte pour le voir venir. 



05/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres