La promotion des Technologies de l'Information et de la Com. au BURKINA

 Joachim Tankoano : ministre des Postes et des TIC :

« Promouvoir les TIC, c'est faire acte d'éco citoyenneté »

 

La fête de l'informatique au Burkina Faso, se tiendra cette année du 18 au 26 Avril. En prélude à cette grande manifestation, nous avons rencontré pour vous Joachim Tankoano, ministre des postes et des TIC, dont le département assure la tutelle de la Semaine Nationale de l'Internet.

 

Hermann Nazé :   Le thème de la présente édition de la semaine nationale de l'Internet est  « TIC et Environnement » ; pourquoi le choix de ce thème ?

 

M.Tankoano :

Dans le principe de la S N I, qui est un cadre pour favoriser la vulgarisation des technologies de l'Information et de la Communication, nous essayons de cibler chaque année un thème d'actualité par rapport à la cyber-stratégie nationale qui a été adoptée par le gouvernement. Dans cette cyber-stratégie, nous avons un axe qui concerne le

 

 

 

développement du service électronique pour le monde rural. Dans cet axe, l'environnement occupe une place de choix C'est dans ce cadre que nous avons décidé cette année de retenir ce thème : « TIC et environnement », afin d'amener les acteurs du secteur de l'environnement et de celui des TIC, à comprendre comment les TIC peuvent être utile à la sauvegarde de notre environnement.

Hermann Nazé :

Quels exemples concrets peuvent illustrer l'apport des TIC dans la sauvegarde de l'environnement ?

 

M. Tankoano :

Vous savez que toutes les industries contribuent à l'accentuation de l'effet de serre ; et l'industrie des TIC ne déroge pas à cette règle. Mais on considère que la contribution du secteur des TIC n'est pas très élevée ; elle est évaluée au niveau mondial entre 2%. Et 2,5%.Il convient néanmoins de travailler à réduire la consommation d'énergie des ordinateurs et autres technologies de l'information et de la communication. Aussi, il convient de recycler les ordinateurs après leur usage afin d'éviter que ça ne pollue l'environnement. D'autre part,

Les Tic peuvent contribuer à réduire les effets de serre dans plusieurs activités. D'abord, dans le cadre de la gouvernance électronique, nous serons amenés à utiliser moins de papier ; ce qui permettra de réduire la déforestation.

Les TIC facilitent également la communication à travers par exemple les vidéoconférences, ce qui évite le déplacement par des engins motorisés qui consomment du carburant dont les gaz sont très nuisibles pour l'environnement, en ce qu'ils sont causes d'effet de serre. Il existe donc beaucoup de domaines d'activités, dans lesquelles les TIC peuvent contribuer à une gestion optimum de façon à minimiser les risques de pollution environnementale ; promouvoir les TIC, c'est donc un acte  d'éco citoyenneté.

 

Hermann Nazé 

: Quelles sont les principales articulations de la 3ème édition de la Semaine Nationale de l'Internet ?

 

M. Tankoano :

Pour ce qui concerne les principales articulations, il y aura notamment la journée de lancement qui sera présidée par le premier ministre et qui connaîtra également la présence du parrain qui est le président de l'Assemblée Nationale. Cela est très important, parce que ca montre que les autorités politiques s'intéressent à la promotion du secteur. Il y a également une campagne d'initiation aux TIC, qui contribuera à sortir un certain nombre de burkinabè de l'analphabétisme numérique qui va devenir de plus en plus pénalisant pour les Hommes du XIXème siècle. Il y aura également un débat télévisé auquel prendra part, un certain nombre de personnalités comme le ministre de l'environnement et du cadre de vie, le Docteur Cheik Modibo Diarra et bien d'autres, pour débattre de cette question importante afin que les burkinabès sachent que les TIC peuvent être au service de l'environnement et que quand on travaille à promouvoir les TIC, on travaille pour un monde meilleur. Il ya aussi le Salon des TIC qui va permettre aux acteurs de montrer  leur savoir-faire, et qui donnera la possibilité aux visiteurs de découvrir les innovations en matière de technologies de l'Information et de la Communication. Enfin, il y aura la nuit du Web, qui est une soirée de gala où l'on récompense les meilleures structures qui ont mis en ligne des sites web.

 

Hermann Nazé :

Quelle est l'innovation majeure de cette édition de la Semaine Nationale de l'internet ?

 

M. Tankoano :

L'innovation que l'on a voulu apporter cette année, c'est de mettre en place des bornes WIFI dans les jardins du maire, afin de permettre à ceux qui sont munis d'ordinateur de se connecter dans ces lieux de convivialité.

 

Hermann Nazé :

Est-ce que le Salon des TIC est réservé aux connaisseurs ou est ce qu'il est ouvert aux profanes ?

 

M. Tankoana : C'est un salon qui est ouvert ; et nous souhaitons que tous les burkinabè s'y intéressent car cela participe de la vulgarisation de ces technologies.

 

Hermann Nazé :

Pendant cette édition de la Semaine Nationale de l'Internet, va se tenir un forum microsoft. Qu'en est-il exactement ?

 

M. Tankoano :

Il s'agit d'une initiative de notre pays, en collaboration avec Microsoft, et  soutenue financièrement par l'Union Européenne. Nous en somme à la 2ème édition. C'est un forum qui se veut un cadre de partage de bonnes pratiques en matière de TIC. L'idée, c'est de se dire que sur le continent, on peut trouver dans chaque pays, des exemples de bonnes pratiques. Si l'on pouvait mettre toutes ces bonnes pratiques dans un seul pays, ce pays serait alors « très banché ».Au lieu de réfléchir chaque fois sur une application, il convient de voir si elle n'a pas déjà été développée dans un pays voisin, de manière à ne pas avoir à réinventer la roue. La particularité de cette édition, est qu'elle sera centrée sur la mise en place d'un gouvernement électronique. Il y'aura pour cela l'élaboration d'une feuille de route dans laquelle figurera les bonnes pratiques recensés dans tous les pays.

 

Hermann Nazé :

Comment peut-on définir un gouvernement électronique ?

 

M. Tankoano :

Un gouvernement électronique est un gouvernement qui privilégie l'usage de l'outil informatique. Par exemple pour la gestion du personnel, l'on n'utilise plus du papier mais plutôt des fichiers électroniques qui facilitent la manipulation et réduisent aussi les risques d'erreurs. Il y a également la facilité d'accès des usagers des services administratifs, qui par exemple pourront faire leur déclaration d'impôts et même payer leurs impôts en ligne. Le gouvernement électronique est donc un gouvernement qui utilise fortement l'outil informatique dans l'exécution de ses taches au jour le jour et qui a mis en ligne toutes les démarches administratives, pour permettre aux citoyens d'effectuer ces démarches sans avoir à se déplacer. Cela suppose que l'on puisse manipuler des documents électroniques, comme des cartes d'identité électroniques, des permis de conduire électronique et des actes de naissances électroniques.

 

Hermann Nazé :

Alors que s'ouvre la 3ème  édition de la Semaine Nationale de l'Informatique, quel bilan peut-on faire des deux précédentes éditions ?

 

Le bilan des précédentes éditions est positif. En témoigne la fréquentation de plus en plus grande des cybercafés dans nos différentes villes. Des dires des gérants de cybercafé eux-mêmes, la fréquentation de ces centres augmente de façon significative après chaque édition de la SNI.

 

Hermann Nazé :

Quelles sont vos attentes par rapport à cette édition de la S.N.I ?

 

M. Tankoano :

En termes d'attente, c'est d'abord que les acteurs des TIC acceptent de participer et de soutenir la S.N.I. La deuxième attente, c'est que la S.N.I touche le maximum de burkinabè et qu'ils viennent faire connaissance avec les nouvelles pratiques des  Technologies de l'Information et de la Communication.

 

 

 

                Propos recueillis par Wendkouni Hermann Nazé

 



21/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres