Prostitution, nouveau modèle:Les filles se prostituent à moto.

PROSTITUTION A OUAGA

 

Le printemps des filles à moto

 

Le plus vieux métier du monde se modernise dans notre pays. Des filles à moto déambulent à Ouagadougou le soir venu, à la recherche du client. Certaines sont stationnées à des endroits stratégiques, notamment devant le maquis "Tabou" situé à Dapoya ou sur l'avenue Kwamé N'krumah à divers croisements.

 

Elles sont dans la circulation mais sans aucune destination précise. Un seul but, se faire aborder. Des jeunes filles très aguichantes , habillées le moins possible, donnent du tournis à plus d'un Ouagalais. Les feux tricolores sont les lieux privilégiés pour prendre contact. Selon l'une d'entre elles, un simple regard ou un signe de tête suffit souvent : "Si le monsieur est intéressé, il clignote et il se gare sur le côté de la route; là, je me gare aussi et on négocie".

Certaines sont assises sur leur motos devant le maquis Tabou en face de la B.I.B. centrale. Elles côtoient les trotteuses (prostituées à pied) . Une fois qu'une négociation est conclue, "l'objet du plaisir" suit avec sa moto. Certaines d'entre elles sont à 2 sur la moto. Quand l'une a un client, l'autre la dépose et repasse la chercher quand elle bipe sur son portable, signe que la passe est terminée. Cela est une mesure de sécurité, selon l'une d'entre elles car elles auraient déjà eu  affaire à des voleurs. Cette nouvelle forme de prostitution prend de plus en plus de l'ampleur, même si la plupart disent ne la pratiquer que les Samedi soir ou quand elles sont en manque d'argent. Leur gain quotidien serait de l'ordre de

15 000f.

Avec cette nouvelle forme de prostitution, il est difficile de différencier les prostituées des autres filles dans la circulation, vu que toutes s'habillent de nos jours  de manière sexy.

 

Wend-kouni

 



20/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres